Materiel

En tant que professionnelle, je travaille en numérique sur la grande majorité de mes illustrations.
Jusque fin 2014 j’utilisais un ordinateur Imac 21 pouces avec une extension de memoire vive au maximum couplé avec un écran Cintiq 24 pouces de chez Wacom . Ils m’ont l’un et l’autre duré des années et si je le pouvais, je travaillerais encore avec.
Depuis un an et demi , je travaille avec une version mobile de mon studio : le Cintiq companion, que je suis en train d’échanger pour un cintiq mobile studio Pro.
C’est plus petit, c’est plus cher mais c’est mobile et je vis sur les routes.
le companion est une machine puissante, il a aussi des défauts. Il est lourd, bruyant, il chauffe et il fonctionne sous systeme windows (gros rulement d’yeux) mais il me permet de travailler de n’importe où sans rechigner sur la qualité.
J’ai également un Ipad pro, pour les roughs et la bureautiqe.

 

 

pour les techniques traditionnelles

 

1: Le papier: Le papier est primordial. Changer de papier c’est comme changer entièrement de technique. Certains boivent, d’autres boulochent, certains n’aiment pas être gommés: c’est sans fin. Pourtant tous ont des qualités adaptées à la technique que l’on utilise.

Pour ma part j’ai choisi un papier fabriqué près de chez moi, de la marque LANA, gamme Lanaquarelle en 300g, grain satiné. C’est un papier à base de coton, pressé à chaud, qui supporte très bien d’être gommé et regommé et qui accepte très bien encre, aquarelles et feutres. Un vrai bonheur.

Le bémol, il supporte mal les encres Colorex, evec lesquelles je travaille de plus en plus. Dans ces cas là, je passe au papier Arche, pressé au chaud.

2. couleur : Je n’utilise quasiment que de l’aquarelle pour le dessin sur papier.

Comme mentionné plus haut, je travaille de plus en plus avec les encres aquarelles de la marque colorex. je me rabats parfois sur de l’écoline ou de la dr Marteens si je n’ai pas le choix. Ce sont de belles encres bien denses, lumineuses, aux couleurs vives et éclatantes.

Je complete avec de l’aquarelle classique.

De l’aquarelle de marque Shmincke pour être précise…

P1010548.JPG_effected-001

Après avoir peiné des années avec de la Windsor et Newton de base, j’ai acheté par hasard un godet de shmincke. Quelle révolution ! C’est une matière tellement plus souple et agréable à travailler, presque comme de l’aquarelle en tube.

J’ai une petite boite de  12 godets (que j’ai un peu tassés pour y insérer 2 godets de plus), qui me suffit amplement en faisant de judicieux mélanges. Je ne dit pas que je ne fantasme pas sur une bien plus grande boite, mais ça reste du luxe superflu.

Ma petite boite va partout. Je peux l’emmener dans une poche de pantalon ou de mon sac, elle ne pèse presque rien.

vous pouvez en acheter ici par exemple

P1010549.JPG_effected

Pour le reste de mes couleurs, lorsque je veux rajouter un effet dramatique à mes fonds, je rajoute un peu d’encre de chine ou Waterman à mon aquarelle, en dernier moment.

L’aquarelle est l’encre n’ont pas la même densité et ont tendance à lutter pour l’espace , ce qui donne des fonds très dramatiques et vivants.

P1010567.JPG_effected

3 Pinceaux:

Lorsque l’on fait de l’aquarelle ou de la peinture en général, les pinceaux sont importants, c’est vrai. Personnellement, je dois prendre en compte une ou deux variables de plus que la plupart des gens.

Je suis maladroite et je suis paresseuse. Comprenez : Donnez moi un gobelet plein d’eau et je le renverserai sur la feuille ET ça m’ennuie vraiment trop de nettoyer mes pinceaux. Ils finiront donc le poil courbé, écrasé au fond d’un verre non vidé mais dont l’eau se sera tout de même évaporée.

Lorsque j’ai commencé les dédicaces, je me suis trouvée également confrontée a la qualité tout à fait inadaptée du papier glacé des bandes dessinées. Il fallait travailler vite , en une seule fois si possible.

C’est pour toutes ces raisons que j’ai commencé à utiliser des pinceaux à réserve d’eau.

Cela faisait déjà un certain temps que j’utilisais les feutres pinceaux Pentel qui permettaient le confort d’un stylo avec le délié d’un pinceau.

P1010551.JPG_effected

Et c’est chez Pentel que j’ai découvert mes premier pinceaux à réservoir d’eau.

Le temps passant, j’ai fini par changer pour la marque Kuretake, parce qu’elle propose 4 formats de pinceaux différents.

Cela étonne beaucoup ceux qui me regardent dessiner que le même “stylo” fasse toutes les couleurs ^^. Pour moi c’est juste l’outil indispensable.

P1010560.JPG_effected

P1010556.JPG_effected

P1010562.JPG_effected

4: le Smudgeguard.

Ma découverte la plus récente en matière de matériel, c’est le smudgeguard. Un gant de travail qui ne prend que le petit doigt et le coté de la main qui touche le papier.

En aquarelle, son avantage principal, c’est d’empêcher le très léger dépos graisseux qu’une main laisse inévitablement. Lorsque l’on pose sa main sur le papier, on y laisse une fine couche, qui reste invisible jusqu’à ce que l’on essaie d’encrer ou de mettre de l’aquarelle dessus : l’huile  repousse l’eau , c’est bien connu hélas.

Par ailleurs, le smudgeguard, pour les mêmes raisons, est aussi très utile pour l’utilisation de tablet pc  (ou de Cintiq pour ceux qui voient ce que c’est).

Et dans une moindre mesure, il limite l’estompe du crayon.

P1010546.JPG_effected

Voilà, vous savez tout, ou presque.

 

Related Post

1 comment for “Materiel

  1. Marysa
    February 7, 2017 at 1:49 am

    Bonjour. Merci beaucoup pour la marque d’aquarelle que tu préfères car justement j’étais en plein dilemne concernant un achat.
    Merci pour tes conseils.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: